100 rue de Lille 59200 Tourcoing, France

explorateurstourcoing@gmail.com

  • Twitter Clean
  • facebook

1er prix 2017

Représentant de la France au concours

Les exploratEURs de l’engagement

« Comment se fabrique la citoyenneté en Europe ? »
Un projet co-porté, au croisement de l'éducation nationale, de l'éducation populaire, du monde associatif...

LES PORTEURS DE PROJET

Développer l’envie et le pouvoir d’agir
Le constat est tellement évident qu’il enfonce des portes ouvertes : l’individualisme est grandissant, l’abstention électorale en progression constante, les associations ont des difficultés majeures pour renouveler leurs membres… La démocratie est en crise, la citoyenneté est en danger.
Mais que fait-on pour donner aux 14-18 ans le goût de l’engagement, le sens du commun ? Comment développe-t-on la capacité d’agir de ces adolescents ? Doit-on attendre la majorité
pour engager les jeunes dans une citoyenneté active ? Notre expérience territoriale nous prouve qu’il n’en est rien et qu’il est possible et souhaitable d’impliquer les adolescents très
tôt dans de nouvelles manières d’agir en démocratie et ainsi transmettre la citoyenneté par l’engagement dans des actions citoyennes.

 

 
Le projet

Notre volonté est de réunir un groupe de tourquennois de 14 à 18 ans issus de divers collectifs associatifs de jeunes et de mettre en place avec eux une démarche d’enquête-action à travers l’Europe.
Cette démarche comprendra plusieurs volets:
- des temps d’enquête et de formation en France ainsi que des rencontres avec des acteurs de l’éducation populaire et des temps de co-construction de nos outils d’investigation et de restitution
- des temps de rencontres lors de séjours à l’étranger pour enquêter sur la fabrique du jeune citoyen en Europe. L’objectif est de faire une dizaine de séjours « courts » sur une durée de 2 ans
- des temps de rédaction des rapports d’étonnement après chaque séjour pour constituer un livre blanc
- un temps pour le plaidoyer pour permettre aux acteurs concernés d’aller à la rencontre des décideurs dans une logique de participation ascendante.

 

 
Notre approche
Notre projet repose sur la conviction que les apprentis citoyens doivent être des participants actifs à la vie de la cité et que leurs expériences d’apprentissage doivent être étroitement liées à la situation dans laquelle ils vivent et étudient. Il ne s’agit pas d’une approche traditionnelle de la citoyenneté par le prisme de l’enseignement moral et civique mais d’une formation concrète et active. Ce projet porte, en lui-même, dans sa structuration et son organisation, une conception particulière de la citoyenneté :
il s’agit de faire grandir des jeunes en citoyenneté en partant de leurs envies, de leurs vécus d’engagement et de leurs idées tout en les ouvrant sur d’autres réalités, dans d’autres pays pour donner sens et mettre en perspective ce qu’ils expérimentent.

 

 
Une démarche de co-construction

Une chose est sûre : il n’est pas possible de parler de citoyenneté des jeunes s’il s’agit seulement de les faire participer à un projet conçu par des adultes ! Notre projet vise donc à la coconstruction des objectifs du projet et des outils d’investigation et de restitution. Le projet tel qu’il est présenté ici est destiné à évoluer. Ce n’est pas la plus confortable des approches mais il ne peut en être autrement. La démarche d’enquête ainsi que les outils que nous allons utiliser seront co-construits lors de séances de travail dédiées à cela. Dans l’héritage de l’éducation populaire, nous réfléchirons ensemble à ce qu’il convient de mettre en oeuvre pour réussir nos enquêtes à l’étranger en insistant pour que les jeunes ne se situent pas comme enquêteurs mais comme interlocuteurs pleinement concernés.

 

 
Des outils d’enquête à inventer
Le premier outil que nous aurons à mettre en oeuvre est celui du « rapport d’étonnement ». Quelle que soit la forme qu’il prendra, il devra rendre compte des découvertes liées aux séjours dans une distance critique. Ces rapports d’étonnement alimenteront un « livre blanc numérique » sur une plateforme en ligne et seront agrémentés de petites vidéos, de capsules sonores, de reportages photos qui leur donneront vie. Au sein de certains établissements scolaires concernés par le projet, le média radio est très présent. Des collectifs de jeunes prennent en charge des reportages pour des webradios et des jeunes participants au projet contribuent à des émissions de radio régulières en direct au sein de leur classe, en partenariat avec une radio associative locale. Nous souhaitons donc utiliser ce média pour favoriser la prise de contact avec les réalités locales que nous allons découvrir. C’est également l’assurance d’une participation active des jeunes aux échanges interculturels. Nous espérons pouvoir réaliser quelques émissions en direct lors de nos séjours.
Vidéo réalisée par le Conseil Régional pour "Demain J'Europe"
Des séjours courts mais denses
Nous allons partir à la rencontre d’autres jeunes en Europe voire au-delà. Un(e) jeune volontaire pourra ainsi participer à différents séjours (un, deux, trois selon l’envie). Nous en prévoyons dix de
durée plutôt courte (4 à 5 nuits), se déroulant pendant les vacances scolaires et ne devant pas excéder le prix de 15 euros/jour par jeune. Le premier séjour est déjà programmé : il s’agit de la Grèce. Il aura lieu du 17 au 21 décembre 2016. Le choix de ce pays répond à plusieurs critères. Tout d’abord, il y a une vraie appétence chez nos jeunes de découvrir la Grèce. Ensuite, c’est le berceau de la civilisation européenne. Commencer par la Grèce est donc lourd de symbole. Enfin, les situations économique et politique actuelles, la question brûlante des migrants et du lien entre l’Europe et l’Orient sont des aspects qui ne laissent pas indifférents des jeunes tourquennois pour certains d’origine maghrébine ou africaine. C’est également en Grèce qu’a commencé à s’inventer une «citoyenneté 2.0 ». Par la suite, nous prévoyons des destinations comme les pays baltes, la Norvège, l’Allemagne, la Roumanie. La liste sera fixée en accord avec les jeunes et les possibilités de contacts à disposition. Le but de ces rencontres est donc de recueillir des témoignages croisés sur le vécu des pratiques afférentes à la fabrique de la citoyenneté en Europe auprès des 14-18 ans.
Une participation ascendante
La finalité du projet est la réalisation d’un plaidoyer. Cet outil de revendication ancre notre démarche dans une volonté de participation ascendante. Nous considérons que c’est aux jeunes de 14-18 ans, premiers concernés par la construction de la citoyenneté de porter les conclusions de leur démarche d’enquête. Cette approche est en cohérence avec leurs propres parcours d’engagement dans la mesure où ils s’étaient déjà pris en charge dans des collectifs associatifs avant ce projet. Munis de cet outil, les jeunes iront interpeller les personnes en responsabilités associatives, politiques, éducatives en France où nous pourrons solliciter, par exemple, la commission parlementaire sur la question de la citoyenneté, en Europe évidemment. A ce titre, il est prévu de solliciter une audience auprès des députés européens à Bruxelles en charge des questions de la citoyenneté. En effet, ce projet part de la lecture d’un rapport rédigé il y a près de dix ans sur la question des politiques citoyennes engagées auprès des jeunes entre 14 et 18 ans dans les différents pays de l’union. Par le travail fourni, les jeunes pourront ainsi contribuer à le réactualiser et à l’amender grâce aux témoignages recueillis. Cela donnera aussi l’occasion à cette catégorie de citoyens qui a traditionnellement peu la parole de porter certaines revendications qu’ils ont sur la question ou que les autres jeunes européens voudront bien leur adresser.
Document de présentation du projet "les exploratEURs de l'engagement"
"The explorers" project